top of page
Rechercher

Focus > > Pourquoi doit-on s'occuper de ses blessures d'enfance ?

Les neurosciences et l’imagerie cérébrale nous permettent de révéler l’impact de certaines blessures d’enfance dans le cerveau de l’adulte. Les structures et les fonctions de certaines aires cérébrales peuvent être affectées par la maltraitance et la négligence pendant des phases critiques de développement.

  • Ces aires cérébrales concernent la réactivité au stress, la perception de soi (l’identité profonde), la prise de décision, la mémoire, l’émotivité

  • la négligence a le même type d’impact que la maltraitance : c’est le désintérêt porté à l’enfant, à ses besoins, une absence de communication, une insensibilité, un lien relationnel à l’enfant pauvre voire inexistant, une absence de gestes tendres et affectueux..

Nos expériences traumatiques de l’enfance façonnent un système nerveux qui continue parfois de fonctionner en mode traumatique à l’âge adulte.


Une personne ayant vécu une expérience traumatique ne sera pas forcément un adulte en difficulté ou en souffrance car elle peut manifester la capacité de résilience mais pour un adulte confronté à certains troubles, dysfonctions, addictions, dépression, le lien avec l’expérience vécue dans l’enfance ne semble plus à démontrer.


> > L’impact des souffrances vécues dans l’enfance est confirmé : l’enfant en souffrance peut devenir un adulte en souffrance victime de sa structure neurobiologique, l’amenant à vivre les mêmes difficultés et échecs récurrents en lien avec la perception qu’il a de lui-même et du monde (biais perceptuel d’hostilité face au monde par exemple ..)


Alors comment soigner ces blessures « neurologiques »?



> transformer la structure cérébrale pour réorganiser les circuits cérébraux défectueux.

> vivre des expériences correctives pour corriger ce biais structurel et fonctionnel (neuro feed-back, méditation, thérapie psycho corporelle, hypno thérapie, yoga..)


> se donner les moyens pour vivre des expériences de vie différentes.


Réorganiser le cerveau c’est aussi relancer la résilience, c’est transformer l’épreuve en croissance post-traumatique.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page