top of page
Rechercher

La dépression est-elle une maladie ? Antidépresseurs : utiles ou dangereux ?

La dépression est une maladie aux multiples facettes qui peut toucher n'importe qui et n'importe quand.

Une personne sur cinq connaîtra un épisode dépressif dans sa vie.


La dépression peut se déclencher suite à un événement douloureux comme un deuil, un licenciement, une rupture, mais aussi à un moment où on ne s'y attend pas comme l'arrivée d'un enfant, lors d'un départ à la retraite et parfois même sans aucun contexte précis. La dépression est une maladie qui fait peur, encore connotée négativement, il ne s’agit en aucun cas d’un manque de volonté.

Une prise en charge rapide de la dépression permet d'éviter l'émergence d'une forme plus sévère.

Mais pour cela, il faut s'autoriser à en parler.

Etre à l’écoute des symptômes ou signes caractéristiques de la dépression est une première étape qui peut permettre que l’épisode dépressif ne s’aggrave pas.

Quels symptômes pour la dépression ?

Une tristesse permanente, la perte de plaisir, une fatigue intense et anormale, la dévalorisation de soi, une vision négative de la vie actuelle, mais aussi des projets futurs, les difficultés de concentration, les troubles alimentaires, la perte de libido, les pensées sombres, voire pour certains, des pensées suicidaires sont tout autant de marqueurs caractéristiques de la dépression.

Perte de l’élan vital et ralentissement psychomoteur semblent bien résumer la maladie.

Les antidépresseurs sont-ils absolument nécessaires pour soigner une dépression ?

Pour une dépression légère à modérée, la psychothérapie est recommandée en première intention.

Pour une dépression sévère entraînant un fonctionnement pathologique, l’antidépresseur s’avère indispensable permettant la restauration fonctionnelle du cerveau, soulageant ainsi les symptômes. Le premier antidépresseur prescrit n’est pas forcément le bon, il faut 6 à 8 semaines pour évaluer l’efficacité d’un antidépresseur. Un accompagnement au long cours est donc absolument nécessaire intégrant une psychothérapie, et toute autre source de bien-être (activité physique pas forcément sportive, yoga, méditation pleine conscience ou une activité créative, artistique), une activité qui peut faire du bien et qui peut stimuler sans effort, tout du moins dans le premier temps.

Attention : pas d’arrêt brutal de l’antidépresseur !

Le temps du soin est à observer, il s’agit d’un traitement de 8 à 10 mois et au moins 6 mois avant d’amorcer la diminution voire l’arrêt de l’antidépresseur, accompagné par le psychiatre ou le médecin.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page